Instaurons le congé parental

Une grossesse est souvent source de pression de la part des employeurs et cause de licenciement au retour du congé maternité. Les congés, pourtant prévus par la loi sur le travail pour soigner les enfants et les proches dépendants, sont rarement accordés aux femmes et pratiquement jamais sollicités par les hommes. Lors d’une naissance, le congé paternité ne dépasse guère que quelques jours, alors que de plus en plus de pères souhaitent s’occuper de leur enfant. L’instauration de l’assurance maternité genevoise, puis fédérale, a constitué une amélioration bien que modérée et incomplète au regard des dispositions existantes en Europe. L’initiative parlementaire genevoise, pour permettre aux cantons d’introduire un congé parental de 24 semaines, vient d’être refusée en mars dernier par les Chambres fédérales. La majorité de la Constituante, ainsi qu’une récente motion au Grand Conseil, propose maintenant d’introduire un « salaire parental », qui n’est rien d’autre qu’un levier pour un retour des femmes au foyer avec un soutien bon marché de l’Etat à ce modèle traditionnel de la famille !

Au contraire, le syndicat s’oppose à ce retour à peine déguisé des femmes à la maison. Il préconise, sur le modèle de l’assurance maternité, l’instauration d’un véritable congé parental rémunéré à partager obligatoirement entre le père et la mère, ce qui évite des interruptions pénalisantes de carrière.


Autres articles sur le sujet :

- Article paru dans SIT-info de décembre 2011
- Dépliant de la Commission fédérale de coordination pour les questions familiales (COFF) de la Confédération suisse "Allocations parentales - Un modèle de la COFF pour la Suisse"
- Document de la Commission fédérale pour les questions féminines de la Confédération suisse (CFQF) "Congé parental et allocations parentales : Un document de position CFQF du 21 septembre 2011

Articles de cette rubrique

new
Initiative populaire fédérale « Pour un congé de paternité raisonnable – en faveur de toute la famille »

Septembre 2016 - Aujourd’hui, on accorde au père le même congé que pour un déménagement : un jour ! Cela n’est plus acceptable. Voilà pourquoi l’initiative demande 20 jours de congé paternité payés qui peuvent être pris de manière flexible dans le délai d’un an après la naissance. Signez et faites signer l’initiative