Institutions de la petite enfance : Municipalisation remise en cause ?

Manuel Tornare, Conseiller administratif de la Ville de Genève, a annoncé aux directions des institutions, aux comités et aux syndicats son intention de proposer au conseil administratif de remettre en cause la décision de principe prise par le conseil municipal de municipaliser les institutions de la petite enfance, ou de la reporter de deux ou trois ans. Dans la foulée, il a annulé toutes les séances de travail prévues avec les syndicats pour préparer le passage du personnel d’un statut à l’autre. Le Magistrat, en passe de terminer sa troisième et dernière législature, repose sa décision sur les effets attendus de la crise financière sur les rentrées fiscales et sur les baisses d’impôts attendues à court terme. Une autre façon de refiler le bébé à la personne qui lui succèdera. Le SIT s’oppose à ce projet, qui fait du personnel féminin des crèches et de leurs conditions de travail, la première cible d’une politique qui ressert les budgets en temps de crise, alors qu’elle devrait, au contraire, tenir bon dans la tempête. Si cette extension du service public devait être stoppée, cela reposerait à nouveau le problème du dysfonctionnement de certains comités, faute de parents disposés à s’engager bénévolement et, surtout, du manque de compétence induit par ce modèle pour gérer des institutions qui requièrent, au contraire, une prise en charge professionnelle dans le cadre des services publics. Une mauvaise idée qui, nous l’espérons, ne sera pas mise à exécution.

Valérie Buchs



Campagnes