Manifeste syndical contre l’austérité

La CGAS vient de publier son manifeste

STOP au dumping salarial

STOP à la baisse de nos retraites

STOP au démantèlement social

Les conditions de travail, de vie et de retraite de la majorité de la population en Suisse et à Genève risquent de subir une remise en question brutale, rapide et sans précédent ces prochains mois et années. Les politiques d’austérité et de rigueur budgétaire menées actuellement dans les pays d’Europe frappent durement la grande majorité de la population. Sous le diktat des banques qui piétinent sans scrupule les choix démocratiques comme on l’a vu avec la Grèce, le démantèlement social et les privatisations peuvent rapidement miner un pays. Car au lieu de relancer l’emploi, les politiques d’austérité approfondissent les inégalités sociales, conduisent au chômage et à la précarité, réduisent les salaires et le pouvoir d’achat, coupent dans les prestations sociales et les services publics à la population. Ces mêmes politiques produisent ailleurs la guerre et la misère qui poussent des dizaines de milliers de personnes à la recherche d’un refuge.

Si ces politiques font le malheur du grand nombre, elles font le bonheur des riches, des financiers, des actionnaires et des possédants, qui s’accaparent sans partage la richesse produite grâce au travail de tous-tes, et qui s’arrangent pour bénéficier de politiques fiscales qui les épargnent.

La Suisse n’est pas un ilot à l’écart de ces tendances lourdes et dominantes. Au contraire, la droite politique et patronale applique les mêmes politiques des pays qui nous entourent et les traduits en projets précis.

En 2016, trois attaques majeures se conjuguent dans ce projet de démantèlement rapide et sans précédents des conditions de vie et de retraite de l’immense majorité de la population : la troisième réforme de l’imposition des entreprises ; une politique migratoire discriminatrice et de réduction des protections des salarié-e-s ; le Plan de prévoyance vieillesse 2020.

Ces réformes constituent un tout très dangereux et sont à l’ordre du jour dans les prochains mois déjà. Si elles ne sont pas mises en échec, l’austérité frappera tout le monde, et davantage les bas salaires et les statuts précaires, les sans emploi, les retraité-e-s et les personnes à l’aide sociale, les familles à faible revenu, les personnes avec un handicap, les jeunes et tout spécialement les femmes qui subiront de plein fouet l’effet conjugué de ces politiques.

Contre cette perspective funeste qui attaque toutes les franges de la population, les syndicats genevois s’inscrivent pleinement dans le mouvement international de résistance à l’austérité et de résistance au discours raciste et xénophobe des populistes qui prônent la fermeture des frontières, la discrimination des migrant-e-s et le refus de l’accueil des réfugié-e-s. Ils appellent en premier lieu les salarié-e-s du secteur privé et du secteur public et plus largement la gauche et les mouvements associatifs à Genève et ailleurs en Suisse à construire un front large et déterminé à tout mettre en oeuvre pour lutter sans relâche afin de stopper les politiques d’austérité et à dire NON, dans la rue par des manifestations, sur les lieux de travail par la grève, dans les urnes par des référendums à ces trois projets destructeurs du vivre ensemble.

Contre les politiques d’austérité !

NON au dumping salarial

NON à la discrimination des migrant-e-s

NON à une réforme des retraites sur le dos des femmes

NON à de nouveaux cadeaux fiscaux aux entreprises et aux actionnaires



Campagnes