Nouvelle loi sur les institutions de la petite enfance : le référendum est lancé contre cette loi scandaleuse qui vise à faire des économies au détriment de la petite enfance

29 mai 2013

Un rassemblement de protestation du personnel de la petite enfance s’est tenu devant la Grand Conseil le 16 mai 2013, à la veille du débat sur un projet de modification de la loi LSAPE. Plus de 400 personnes ont répondu à l’appel du SIT et des associations professionnelles.

Malgré des années de mobilisation contre le démantèlement des normes d’encadrement dans les institutions genevoises de la petite enfance (pétitions du personnel et des parents, rassemblements, interpellations des autorités, auditions, etc.) une majorité du Grand Conseil (PLR, UDC et MCG) a voté le 17 mai 2013 des modifications à la loi en vigueur (J 6 29) qui dégradent gravement la qualité de la prise en charge des enfants. Aucun des amendements proposés en plénière n’ont été acceptés. Contrairement à ce que prétendent ses partisans, cette loi n’apportera pas des solutions pour créer plus de places pour les enfants, mais il y aura par contre moins de personnel dans les crèches.

Le SIT a décidé de lancer le référendum contre cette loi qui est un mensonge. Le syndicat a rejoint le comité référendaire qui comprend déjà de nombreuses organisations syndicales et professionnelles, ainsi que des partis.

OUI à un accueil de la Petite Enfance qui conjugue qualité ET quantité ! NON à 25 % en moins de personnel par groupe d’enfants !

NOUS NOUS OPPOSONS À CETTE LOI QUI CONSISTE À :
- augmenter le nombre d’enfants par adulte présent ;
- réduire la proportion de personnel diplômé ;
- donner à Genève l’un des plus mauvais taux d’encadrement en Suisse ;
- permettre une CCT au rabais dans les crèches privées (dumping salarial) plutôt que d’harmoniser les conditions de travail sur le Canton.

Repousser les murs des crèches actuelles est impossible. Cette loi ne créera donc aucune place supplémentaire.

NOUS NOUS OPPOSONS À CETTE LOI POUR MAINTENIR :

- la sécurité des enfants et leur bien-être ;
- la possibilité d’assurer des sorties à l’extérieur ;
- les activités éducatives stimulant le développement des enfants ;
- le soutien aux enfants en difficultés et un accueil prévenant ;
- la collaboration avec les familles ;
- les contrats de travail du personnel en place et des conditions de travail adéquates.

POUR PLUS DE PLACES EN INSTITUTIONS DE LA PETITE ENFANCE : investissons pour nos enfants !

POUR REPONDRE AUX BESOINS DE LA POPULATION :construisons de nouvelles crèches !

Elevage en batterie : non merci !



Campagnes